image

​LE MONDE ENTIER DOIT SAVOIR LES PRODIGES DE MA MÈRE CÉLESTE

LA REINE DU CIEL ÉCRASE LA TÊTE DU SERPENT INFERNAL

Ma fille, malgré la chute de l’homme, mon Amour ne s’est pas éteint, bien au contraire, il s’embrasa encore davantage, et, bien que ma Justice l’ait condamné et puni, mon Amour, embrassant ma Justice, à l’instant même, promit la venue du futur Rédempteur et, par l’autorité de ma Puissance, il dit au serpent imposteur :  «Tu t’es servi d’une femme pour arracher l’homme à ma Volonté Divine, et Moi, à travers une autre femme, qui possédera la Puissance de mon FIAT, je terrasserai ton orgueil, et elle, de son pied immaculé, t’écrasera la tête.»

Ces paroles brûlèrent le serpent infernal encore plus que l’enfer, et son cœur s’emplit d’une telle rage, qu’il ne tenait plus en place; il ne faisait qu’arpenter la terre pour découvrir celle qui devait lui écraser la tête, pour pouvoir faire tomber, par ses supercheries et ses astuces diaboliques, celle qui devait le vaincre, l’affaiblir et le confiner dans les abîmes les plus ténébreux.

Pendant QUATRE MILLE ANS, il ne cessa d’explorer, et lorsqu’il voyait des femmes bonnes et vertueuses, il engageait sa bataille, les tentant au plus haut point, et les laissant tomber, l’une après l’autre, quand il leur trouvait quelques défauts ou faiblesses qui lui indiquaient que ce n’était pas celle qui devait l’anéantir.  Mais la Céleste Créature qui devait lui écraser la tête arriva et l’ennemi, se sentant terrassé par sa puissance, n’osait pas s’approcher;  cela le rendait furieux et, tout en utilisant ses armes infernales, il n’arrivait pas à aller vers elle.

Pour installer le doute en lui, Je lui montrais la Céleste Souveraine sous son aspect humain, par exemple, dans sa façon de se nourrir, de pleurer, de dormir etc.  et, au début, il se persuada que ce n’était pas elle car, étant si puissante et sainte, elle n’aurait pas dû être sujette aux besoins naturels de la vie, 

La Reine Souveraine était la fureur de l’enfer tout entier. Or, le serpent entend dans ses oreilles les paroles fulgurantes que Je lui dis au Paradis terrestre, ma condamnation irrévocable par laquelle une femme lui écrasera la tête, il sait donc que cela arrivant, son règne sur la terre sera renversé, qu’il perdra son prestige, et que le mal qu’il a fait au Paradis terrestre, par le biais d’une femme, lui sera rendu par une autre femme;  bien que la Reine du Ciel l’ait affaibli et LUI AIT ÉCRASÉ LA TÊTE, QUE MOI-MÊME JE L’AIE ATTACHÉ SUR LA CROIX, il n’est plus libre de faire ce qu’il veut et, par conséquent, il détruit malheureusement ceux qui s’approchent de lui, d’autant plus qu’il voit que la volonté humaine n’est pas soumise à celle de la Divine Volonté, que le Règne de cette dernière n’est pas encore établi et qu’il craint qu’une autre femme en arrive à lui brûler la cervelle, accomplissant ainsi la condamnation divine qui prédit que sa tête sera broyée par le pied de la Reine Immaculée, sachant que ma parole a la vertu de se transmettre à d’autres créatures. 

Par conséquent, s’étant assuré que celle qu’il devait craindre était la très Sainte Vierge, ne pouvant pas la vaincre, il a repris sa tournée, et il est tous yeux et aux  aguets, pour découvrir si une  autre femme a été choisie par Dieu pour accomplir la mission de FAIRE CONNAÎTRE LA DIVINE VOLONTÉ ET LA FAIRE RÉGNER, et t’ayant vu écrire si longtemps au sujet de mon Fiat, le doute que ce soit le cas s’étant emparé de lui, il a ameuté l’enfer tout entier contre toi, et il  s’est servi d’hommes malveillants qui t’ont calomniée, inventant des choses qui n’existent pas, voilà donc la cause de tes souffrances.  Finalement, en te voyant tant pleurer, les démons se sont persuadés que l’effondrement de leur règne diabolique, qu’ils redoutent tant, ne viendra pas de toi.  

MAINTENANT, ÉCOUTE-MOI BIEN, MA FILLE, les doutes les plus sérieux, les difficultés les plus graves qu’ils ont trouvés dans tes écrits, résident dans le fait de t’avoir appelée à vivre dans le règne de ma Divine Volonté, te confiant la mission spéciale et unique de la faire connaître afin que. comme je le dis moi-même dans la prière du Notre Père « Que ton règne vienne, c’est à dire que ta Volonté soit faite sur la terre comme au Ciel;  on ne dit pas que ce règne est déjà sur la terre, mais on demande à ce qu’il vienne, et je n’aurais pas composé la prière du Notre Père sans être sûr d’en recevoir les effets.

Pour que cela puisse se réaliser, ne devrais-je pas élire une autre femme, que le serpent infernal craint par-dessus tout, lui qui fut la cause de la déchéance du genre humain, afin que, à travers elle, je puisse faire resurgir le BIEN au profit de tous, qu’il essaya de détruire?  Voilà pourquoi j’ai multiplié les grâces, les préparatifs, mes visites et mes communications.  Tout cela fut mal interprété par ceux qui lurent (les écrits) et qui créèrent doutes et difficultés, rétorquant qu’il n’était pas possible, qu’aucun, parmi tous les grands saints, n’ait vécu dans le règne de ma Divine Volonté et qu’elle ait été préférée à tous les autres; quand, en plus ils ont lu que je te plaçais à côté de la Reine Souveraine pour que tu puisses prendre exemple sur elle, voulant faire de toi une copie ressemblante, cela leur a paru si absurde qu’ils en ont mal interprété le sens, disant que je voulais que tu deviennes une autre reine;  quelles inepties (stupidités), puisque je ne t’ai jamais dit que tu étais comme la Céleste Reine, mais que je veux que tu lui ressembles.

Étant donné qu’ils ne peuvent pas nier que la Vierge de Nazareth est ma Mère, ils ne pourront pas non plus ne pas reconnaître que je t’ai élue dans le seul but de faire connaître ma Volonté et que C’EST PAR TOI QUE S’ACCOMPLIRA « QUE TON RÈGNE VIENNE » D’après leur façon de penser, on voit bien qu’ils ne se sont intéressés qu’à ta personne et qu’ils n’ont pas tenu compte de ce que ma Volonté Divine est capable de faire, et, quand celle-ci décide d’opérer dans une créature en vue de ses grands desseins au milieu des générations humaines, personne ne Lui dicte sa loi. Elle ne se préoccupe pas, non plus, de certains esprits médiocres qui sont incapables de s’élever dans l’ordre divin et surnaturel et de se plier aux œuvres incompréhensibles de leur Créateur, lesquels voulant se servir de leur raison humaine, perdent la raison divine, tombant dans la confusion et l’incrédulité. (Livre du Ciel, Tome 29, le 19 mai 1931, p.58) 

CÉNACLE VIVANT DE LA DIVINE VOLONTÉ

13 Septembre 2017